Le secteur des cosmétiques va-t-il se faire uberiser ?

Il y a quelques semaines, l’UFC Que Choisir publiait un dossier sur les produits toxiques présents dans les cosmétiques et épinglait plus de 180 produits et condamnait, au passage, des dizaines de marques à quelques turbulences réputationnelles.

 

Moi-même utilisatrice de certains de ces produits, provenant de marques qui adorent communiquer sur leur politique RSE, il m’a paru intéressant d’aller interpeler ces entreprises directement sur les réseaux sociaux. Et à ce niveau, quelques bonnets d’ânes mais aussi des bons points sont à distribuer.

 

Pampers, Bourjois, Cadum : des grandes marques au discours contrasté

La majorité des grandes marques que j’ai interpellé sur les réseaux sociaux ont répondu assez rapidement, avec un discours qui m’a semblé traduire une réelle volonté d’écouter la volonté de leurs consommateurs ou au moins, de leur répondre. Certains se sont montrés plus convaincants que d’autres… Voyez par vous-même.
pampers 1Bourjois
Une marque, que j’appréciais pourtant pour son histoire ainsi que pour son engagement, a brillé par sa médiocrité : Cadum… presque un mois après l’affaire, j’attends toujours une réponse à mes commentaires ou une prise de parole publique 🙂

Le Petit Olivier : le bon élève

Le Petit Olivier, marque assez jeune et qui séduit de nombreuses utilisatrices, a également été affecté par l’étude de l’UFC Que Choisir. Très présente sur les réseaux sociaux, elle n’a pas manqué de se faire tacler par des utilisatrices mécontentes… La réponse a tardé à venir, mais elle fut, de mon point de vue, assez satisfaisante.
rep le petit olivier
Et comme le discours doit être en adéquation avec les actes, j’ai vérifié moi-même la suppression des substances incriminées dans les produits Le Petit Olivier. Résultat : rien à signaler 🙂

Un secteur qui est en train de se faire  » uberiser  » ?

Le renversement des grands souverains de la cosmétique n’a pas réellement eu lieu malgré l’avènement d’internet et de la démocratisation de la connaissance. Tout au mieux, les marques se sont adaptées et certaines ont basé leur stratégie sur une image de marque respectueuse de l’homme et de l’environnement.

Les initiatives pour dénoncer la présence de substances toxiques se sont pourtant multipliées ces dernières années. Celle de Greenpeace appelée Vigitox était une référence il y a quelques années. Aujourd’hui, l’UFC se montre plus précise et davantage tournée vers le consommateur dans sa démarche, avec par exemple la création d’une petite fiche à imprimer soi-même au format poche avec la liste des ingrédients à éviter. France 5 a également réalisé un reportage sur le gel douche, disponible sur YouTube.

Mais c’est peut-être une simple mode qui va menacer les habitudes des gens dans le domaine : le DIY. Le Do It Yourself. Le succès fulgurant de Lush a déjà démontré l’appétence des consommatrices pour le frais et la tambouille maison. Les blogs beauté bio pullulent et même les média dits  » mainstream  » s’y mettent. La récente initiative du Figaro en réaction à la crise agricole est à ce titre intéressante : la majorité de l’initiative (lisible ici) concerne les produits alimentaires mais une section est consacrée aux produits d’entretien faits maison. De là à la cosmétique, il n’y a qu’un pas… Le site Aroma Zone (pour ne citer que lui) permet par exemple de fabriquer ses propres cosmétiques. Sur la boutique, tout y est : des moules aux produits chimiques, en passant par les ustensiles, sans oublier les recettes qui sont présentes afin de guider les débutantes.

Dans un contexte de crise agricole et climatique, le DIY, influencé par la mode du Slow Life, peut représenter la véritable concurrence pour le secteur traditionnel des cosmétiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s